En Israël, la droite se radicalise et la gauche est dans l'impasse

Par

L'offensive israélienne sur Gaza est soutenue par une majorité de la population israélienne. C'est qu'Israël se radicalise depuis des années. L'abandon d'une solution à deux États avec annexion de la Cisjordanie n'est désormais plus tabou. Reportage à Tel Aviv et Jérusalem.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial en Israël. « Nous venons d’apprendre une mauvaise nouvelle : cinq nouveaux soldats sont morts ce matin. Vous ne trouverez pas grand monde aujourd’hui, beaucoup sont partis à la veillée mortuaire. » Lundi après-midi, alors que 18 000 personnes assistent aux funérailles de l’un des soldats tués à Gaza, Eli Hazan est comme chez lui dans les allées du Parlement israélien, la Knesset. Ancien conseiller du numéro deux du Likoud et actuel ministre de l’intérieur, Gideon Saar, ce militant du parti de Netanyahou cumule aujourd’hui un rôle d’animateur à la radio publique et celui de lobbyiste, qui œuvre au sein de l’Assemblée pour peaufiner les textes de loi présentés par son parti. Il effectue également des tournées à l'étranger pour promouvoir l'actuelle politique israélienne. « Le Hamas vise les civils, affirme ce cadre du Likoud de 37 ans. Notre armée en tue aussi, malheureusement, mais la différence est que nous, nous nous défendons, nous défendons notre peuple, notre existence, face au Hamas qui veut tuer tous les juifs. Le monde, sans lequel nous ne pourrions pas intervenir, l’a d’ailleurs bien compris cette fois, du moins les gouvernements. Les États-Unis, l’Allemagne, et même la France reconnaissent notre droit à l’autodéfense. »