« Le plus dur, c’était de voir ces regards tétanisés de peur, ceux des enfants, de leurs mères, un enfant de trois mois qui ne sait rien de ce régime, de l’opposition ni de quoi que ce soit. La peur et la terreur sont terribles ; à côté, la mort semble facile. » Majed est médecin au centre médical de Douma, dans la banlieue est de Damas, la Ghouta orientale. L’une des neuf zones touchées par une attaque de l'armée syrienne dans la nuit du mardi 20 au mercredi 21 août 2013.