« Congo hold-up ». Banque centrale de la RDC : les rouages d’un pillage d’État

La Banque centrale de la République démocratique du Congo a ouvert à la BGFI un compte qui a servi à verser 76 millions de dollars à la famille et à des proches de l’ancien président Joseph Kabila, puis a maquillé son bilan officiel pour masquer certains paiements.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Dans tous les pays, la Banque centrale, garante de la stabilité monétaire, est une institution respectée, dont le nom évoque le sérieux et la rigueur. Mais en République démocratique du Congo (RDC), l’institution a été dévoyée et transformée en pompe à finances au bénéfice de la famille et des proches de l’ancien président Joseph Kabila, qui a quitté le pouvoir en janvier 2019 après dix-huit ans de règne.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal