«La première leçon à tirer de l'Espagne, c'est que c'est possible»

Par

Ex-conseiller de Jean-Luc Mélenchon sur les questions européennes, François Ralle Andreoli vit en Espagne depuis dix ans. Dans un entretien à Mediapart, cet élu proche des nouvelles gauches espagnoles tire les enseignements des 20 % de Podemos pour le paysage français et tique sur le « plan B » défendu par le Parti de gauche.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Madrid. - Y a-t-il des leçons à tirer de la poussée de Podemos en Espagne, pour les gauches françaises ? François Ralle Andreoli, qui fut conseiller sur les questions européennes pour Jean-Luc Mélenchon de 2013 à 2014, et un proche collaborateur de François Delapierre jusqu'à son décès, vit à Madrid depuis dix ans. Dans un entretien à Mediapart, cet élu consulaire, qui a quitté le Parti de gauche et fréquente parfois les plateaux télé de la Tuerka et de Fort Apache (les émissions lancées par Podemos), revient sur les différentes stratégies qui s'offrent à Podemos aujourd'hui, au regard de l'expérience grecque, et les éventuels enseignements à tirer pour la France. « La première leçon, c’est que c’est possible. Après, cela ne se fait pas n’importe comment », résume celui qui ne ménage pas ses critiques contre la stratégie du « plan B » lancé par Mélenchon.