Arabie saoudite: une périlleuse succession s'engage après la mort d'Abdallah

Le royaume a été bousculé ces dernières années par Washington sur le dossier iranien comme sur la question pétrolière. Il a aussi été contraint de sortir de sa posture attentiste pour devenir actif sur le terrain syrien. Pour le successeur du roi Abdallah, qui vient de mourir, l'avenir s'annonce tout aussi périlleux : face aux États-Unis comme face à ses voisins.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Officiellement, tout est en ordre. Comme prévu, c’est le demi-frère d'Abdallah ben Abdelaziz al-Saoud, le prince Salmane (79 ans), qui hérite du pouvoir après la mort du souverain officiellement âgé de 90 ans, et qui a succombé d’une pneumonie, ont annoncé les autorités saoudiennes ce vendredi. En Arabie saoudite comme dans les autres royaumes du Golfe, la succession s’organise en priorité au sein de la fratrie, avant de passer à la descendance directe. Le premier acte officiel du nouveau monarque a été de nommer son frère Moqren, âgé de 68 ans, « prince héritier ». Tout comme Abdallah, Salmane et Moqren font partie des nombreux fils d’Abdelaziz al-Saoud, le fondateur de l'Arabie saoudite.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal