En Autriche, les fraternités étudiantes font le lit de l’extrême droite

Par vianey Lorin

Le bal annuel de l’Académie de Vienne, dont l’édition 2020 se tient vendredi soir, rassemble de nombreux représentants de l’extrême droite autrichienne et des membres des « Burschenschaften » : des corporations régulièrement accusées d’antisémitisme ou de liens avec les mouvements néonazis, qui ont une influence grandissante au sein du FPÖ, le parti d’extrême droite.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vienne (Autriche), correspondance.– Elles s’appellent Olympia, Teutonia ou encore Germania. Ces corporations nationalistes font partie de la tradition autrichienne des fraternités, où l’on entre en tant qu’étudiant et dont on reste membre à vie. On y porte, sur les costumes, une bande noire, rouge et or, les couleurs du drapeau allemand ; elles signent l’appartenance aux « Burschenschaften », les plus controversées parmi les différents types de fraternités.