Renzi veut faire de l'«Alcatraz italienne» une école pour eurocrates

Par

C'est le dernier signe du « volontarisme » de Rome pour changer l'Europe : transformer une prison sur l'île de San Stefano, au large des côtes entre Rome et Naples, en une école d'études européennes…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le premier ministre Matteo Renzi a promis de débloquer 80 millions d'euros pour transformer une prison construite dans les années 1770 et fermée en 1965, située sur l'île de San Stefano, en une école d'études européennes, pour former des générations d'Italiens aux métiers bruxellois… Afin, juge le site d'info Politico qui s'est rendu sur place visiter cette « Alcatraz italienne », de renforcer l'influence de Rome au sein des 28.