La guerre en Libye divise presse et blogueurs arabes

Au-delà d'un soutien général à la rébellion contre Kadhafi, les interrogations montent sur les modalités et les buts de l'intervention franco-anglo-américaine. Le précédent irakien, le pétrole, le soutien aveugle à la monarchie saoudienne..., mais aussi la volte-face de la Ligue arabe et la nécessité d'accélérer les processus démocratiques: que disent les journaux et blogs arabes? Un article de Tewfik Hakem.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce printemps arabe inespéré avait si bien commencé ! Après l'Egypte et la Tunisie, ce devait être le tour de la Libye et du Yémen. Et voilà que le tyran de Tripoli pose un vrai problème. L'intervention militaire occidentale, autorisée par l'Onu et conduite par la France, est-elle la solution à ce problème? Ne risque-t-elle pas, par un effet pervers, de stopper net la dynamique des révoltes arabes ? On en débat avec acharnement dans les pays voisins de la Libye. Alors, tentons un tour d'horizon de la presse et de la blogosphère: qu'en pensent les Tunisiens et les Egyptiens, qui se sont débarrassés de leurs dictateurs, et les Algériens qui rêvent de le faire avec leurs généraux.
En visite en Egypte, mardi, le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon voulait se rendre place Tahrir, pour rendre hommage à la révolution démocratique égyptienne. A peine arrivé, un drôle de comité d'accueil l'attendait. Selon la presse du Caire, des jeunes Libyens en colère l'ont forcé à quitter l'endroit. Dans son édition du 22 mars, Al-Ahram, le doyen des quotidiens égyptiens, titre en Une: « Les Libyens pro-Kadhafi attaquent Ban Ki-moon et traitent Amr Moussa (secrétaire général de la Ligue arabe, candidat à la présidentielle - ndlr) d'espion à la solde de l'Amérique ».