Argentine: la rue pousse pour la légalisation de l’avortement

Par Marion Gonidec

Depuis le 20 mars, les députés argentins débattent d’un droit à l’avortement « légal, sûr et gratuit ». C’est la septième fois en treize ans que le texte est à l’agenda du Congrès. Mais cette fois, l’ébullition des mouvements sociaux laisse penser que le texte pourrait aboutir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Buenos Aires (Argentine), correspondance.- Attablée dans un café du centre de Buenos Aires, non loin du Congrès, Agostina Mileo se félicite des mobilisations récentes et salue la « dépénalisation sociale » du droit à l’avortement. Ces trois dernières années, le féminisme argentin a gagné une énorme visibilité. Aux grandes manifestations contre les féminicides, initiées en 2015 par le mouvement #NiUnaMenos (« Pas une de moins »), s’ajoute aujourd’hui la lutte pour le droit à l’IVG légal, sûr et gratuit.