Ruth Davidson, la conservatrice qui voudrait devenir la voix de l’Ecosse

Par Hélaine Lefrançois

Après une progression historique le 8 juin, seule bonne nouvelle pour les conservateurs britanniques, Ruth Davidson pourrait profiter du revers électoral de la cheffe du gouvernement pour relancer le « soft Brexit ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ruth Davidson rayonnait le 9 juin. Sur les photos officielles, le sourire de la victoire barre les visages de la dirigeante des conservateurs écossais et de ses 13 députés à Westminster. À l’échelle nationale, leur parti vient d’essuyer un sérieux revers électoral qui fragilise la cheffe du gouvernement Theresa May, mais leur humeur est à l’image de la météo, radieuse, tandis qu’ils posent devant le château de Stirling, l’un des monuments les plus célèbres d’Écosse et le symbole, peut-être, de leur esprit conquérant.