Malgré la répression en Egypte, Macron déroule le tapis rouge pour al-Sissi

Par

La France accueille en grande pompe, dès mardi 24 octobre, le président égyptien Abdelfattah al-Sissi, attendu à Paris pour de multiples rencontres. Pourquoi le gouvernement français entretient-il des relations aussi étroites avec un dirigeant de plus en plus répressif ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les gouvernements français passent, le tapis rouge continue d’être bien brossé. En tout cas lorsqu’il s’agit d’accueillir le maréchal Abdelfattah al-Sissi, président et fossoyeur enthousiaste de l’État de droit et des libertés publiques de l’Égypte. L’homme qui a repris en main son pays en 2013 après la chute de Moubarak et le bref intervalle de la présidence du frère musulman Mohamed Morsi aura droit au grand jeu pour sa visite à Paris mardi 24 et mercredi 25 octobre 2017 : déjeuner à l’Élysée avec Emmanuel Macron, dîner au Quai d’Orsay avec Jean-Yves Le Drian, entretiens avec les présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale, réception au Medef…