Au Venezuela, Maduro réprime et résiste

Par

Devant un gouvernement inflexible, l’opposition n’est pas parvenue samedi à briser le pouvoir maduriste, mais les fissures se multiplient. Le bilan fait déjà état de plusieurs morts et de nombreux blessés.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Caracas (Venezuela), de notre envoyé spécial.- Deux camions brûlent sur l’un des ponts qui relient la Colombie au Venezuela ce samedi 23 février. Les images des journalistes sur place s’arrêtent sur l’épaisse fumée noire qui se dégage de l’un d’entre eux. Un véhicule est complètement détruit. L’aide humanitaire qu’il transportait est partie en fumée alors que des gaz lacrymogènes sont lancés à destination des manifestants. L’opposition y voit le symbole de l’égoïsme du gouvernement vénézuélien et tient pour responsables les forces de l’ordre. Les médias proches du gouvernement de Nicolás Maduro développent, eux, une tout autre version : ce serait des « groupes violents de l’opposition qui ont incendié les camions avec des cocktails Molotov » afin de pouvoir accuser le pouvoir chaviste.

Tout au long de la journée, la tension était à son maximum aux frontières terrestres que le Venezuela partage avec la Colombie et le Brésil. Juan Guaidó, le président de l’Assemblée nationale gagnée par l’opposition, mais privée de pouvoir, avait assuré que les médicaments et les aliments envoyés en particulier par les États-Unis, passeraient « si o si » (quoi qu’il arrive) ce jour-là. Nicolás Maduro considère lui que cette aide cache une intervention militaire étrangère.

À la frontière colombienne, la journée de samedi a rapidement effacé le souvenir de la confrontation musicale de la veille quand deux concerts entre Cúcuta (Colombie) et San Antonio étaient organisés. Le « Venezuela Aid Live » porté par le milliardaire et patron de Virgin Galactic, Richard Branson, réunissait plusieurs dizaines de milliers de personnes favorables à Juan Guaidó. Quelques centaines de personnes assistaient, à moins de 300 mètres de là, au concert chaviste « Para la guerra, nada » (« Rien pour la guerre »).

Le 23 février a fait place à la confrontation. Les camions d’aliments et de médicaments devaient s’arrêter à la limite de la frontière puis être transportés par des volontaires. Les forces de l’ordre vénézuéliennes ont empêché le déroulement d’un tel scénario.

À coups de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc, les militaires ont fait reculer les opposants qui répondaient en leur jetant des pierres. Plusieurs journalistes ont rapporté la présence de bandes armées soutenant le régime, les « colectivos », qui n’hésitent pas à utiliser leurs armes à feu.

À la frontière brésilienne, la confrontation a débuté dès le 22 février. Un barrage d’une communauté amérindienne Pemon à 70 kilomètres de la frontière a fini dans le sang. L’armée a tiré, faisant au moins deux morts et une dizaine de blessés. Plusieurs membres de la Garde nationale ont été retenus prisonniers. Parmi eux, la lieutenant Grecia Roque est filmée en larmes alors, qu’elle demande pardon aux Pemons et implore « son » général, le ministre de la défense, Vladimir Padrino López, de ne pas agir de manière violente contre l’ethnie.

La violence n’a pas pour autant cessé. Samedi à 21 h, l’organisation vénézuélienne de défense des droits de l’homme, Foro Penal, déplorait pour la seule journée du 23 février la mort de deux personnes, dont un mineur, et de 59 blessés par balles. Les décès se situent tous dans l’État de Bolivar, limitrophe du Brésil.

Maduro nique ta mère est devenu un des cris favoris de l'opposition. © JBM Maduro nique ta mère est devenu un des cris favoris de l'opposition. © JBM

En fin de journée, le bilan est lourd et le résultat de l’opération peu probant. En Colombie, aucun camion n’est passé. Le navire parti de Porto Rico a dû rebrousser chemin après la menace de la marine vénézuélienne d’ouvrir le feu. L’opposition affirme qu’un véhicule est parvenu à se rendre au Brésil. Le président par intérim fait peut-être allusion à des vidéos partagées sur Twitter par des journalistes où l’on voit un pick-up accueilli par des Vénézuéliens. Mais selon RFI, « les deux camions chargés d’aide humanitaire envoyée par le Brésil au Venezuela ont regagné samedi la ville brésilienne de Pacaraima »

Dans le reste du pays, les opposants ont aussi vécu la journée au rythme des événements aux frontières. Lorsque Hasler Iglesias, dirigeant du mouvement des jeunesses de Voluntad Popular, parti anti-chaviste, informe du passage de l’aide à la frontière brésilienne, des cris de joie retentissent dans la foule réunie devant la base aérienne de La Carlota, à Caracas.

Avec une banderole, Liberté, les opposants protestent devant la base militaire de la Carlota. © JBM Avec une banderole, Liberté, les opposants protestent devant la base militaire de la Carlota. © JBM

Des milliers de personnes vêtues de blanc en signe de paix se sont alors dirigées vers cet aéroport militaire. À travers les grilles, les manifestants crient : « Soldat écoute et rejoins la lutte ! » dans l’espoir que les forces armées abandonnent leurs postes, facilitent l’entrée de l’aide et précipitent ainsi la chute de Nicolás Maduro.

Cette base aérienne rappelle de tristes souvenirs aux Vénézuéliens. C’est là que, le 22 juin 2017, David Vallenilla, âgé de 22 ans fut mortellement blessé au thorax par un tir à bout portant de chevrotines, en marge de manifestations antigouvernementales qui avaient fait 125 morts.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale