Au Venezuela, Maduro réprime et résiste

Par

Devant un gouvernement inflexible, l’opposition n’est pas parvenue samedi à briser le pouvoir maduriste, mais les fissures se multiplient. Le bilan fait déjà état de plusieurs morts et de nombreux blessés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Caracas (Venezuela), de notre envoyé spécial.- Deux camions brûlent sur l’un des ponts qui relient la Colombie au Venezuela ce samedi 23 février. Les images des journalistes sur place s’arrêtent sur l’épaisse fumée noire qui se dégage de l’un d’entre eux. Un véhicule est complètement détruit. L’aide humanitaire qu’il transportait est partie en fumée alors que des gaz lacrymogènes sont lancés à destination des manifestants. L’opposition y voit le symbole de l’égoïsme du gouvernement vénézuélien et tient pour responsables les forces de l’ordre. Les médias proches du gouvernement de Nicolás Maduro développent, eux, une tout autre version : ce serait des « groupes violents de l’opposition qui ont incendié les camions avec des cocktails Molotov » afin de pouvoir accuser le pouvoir chaviste.