Tsipras a toujours le soutien massif des Grecs, malgré la lenteur des négociations

Par

À l'approche des cent premiers jours au pouvoir, le gouvernement Tsipras reste exceptionnellement populaire dans un pays qui a vu une grande partie de la population se détourner de la politique ces cinq dernières années. Mais il fait face, aussi, à une opinion publique lassée par la lenteur des négociations avec Bruxelles tandis qu'aucun accord n'est attendu à la réunion de l'Eurogroupe ce 24 avril.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Athènes, de notre envoyée spéciale.- Le KEP de Neos Kosmos, quartier sud d'Athènes, ne désemplit pas ce matin. Ce « centre de services au citoyen » – un service public qui permet toutes sortes de démarches administratives en Grèce – voit défiler depuis quelques jours des dizaines de Grecs dans le besoin. Depuis lundi 20 avril en effet, et jusqu'au 20 mai prochain, les personnes sans ressources ou surendettées sont invitées à déposer une demande d'aide humanitaire. C'est la mise en œuvre du projet de loi déposé en mars par le gouvernement Tsipras, une mesure composée de trois volets : aide alimentaire (sous la forme de bons d'achat d'une valeur de 70 euros mensuels), aide au logement, et aide au paiement des factures d'électricité (jusqu'à 300 kWh par mois). Dans ce quartier populaire traversé par l'unique ligne de tramway de la capitale, les devantures de magasins qui affichent « à vendre » ou « à louer » se sont multipliées ces dernières années. Pas une nouvelle enseigne ne voit le jour, l'activité économique tourne au ralenti.