Brexit, une catastrophe bienvenue

Par

Le « non » britannique signe la victoire de la droite extrême, incarnée par le répugnant Nigel Farage et son parti UKIP. En ce sens, c'est un drame. Mais ce « non » signe aussi l'acte de décès d'une Union européenne confisquée aux citoyens. Tout est à refaire : n'est-ce pas une bonne nouvelle ? Parti pris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ne sous-estimons pas l’ampleur de l’événement. La décision des Britanniques, prise par référendum ce 23 juin, résonne comme une catastrophe. Et la presse comme les responsables britanniques et européens utilisaient dès ce vendredi matin force superlatifs et formules chocs pour tenter de cerner les immenses conséquences de ce choix.