La Turquie est devenue la championne d’Europe de l’emprisonnement

Par

L’envolée des statistiques carcérales – près de 200 000 places de prison – n’a pas attendu la tentative de putsch de juillet et la répression d’Ankara. Ce pays a fait le choix, non dénué d’arrière-pensées économiques, du « tout-prison ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre correspondant à Istanbul (Turquie). – Dans une prison en Turquie, un père et sa fille partagent au téléphone les dernières nouvelles du dehors et du dedans. Soudain, la détenue pousse un grand cri : « C’est qui, cet assassin ? Pourquoi vous l’emmenez ici ? Sortez ce criminel ! » La conversation s’achève dans un brouhaha de protestations et d’insultes. Les gardiens ont fait entrer un prisonnier de droit commun dans la pièce où Yildiz Keskin est en train de communiquer avec ses parents – elle a droit à dix minutes de conversation téléphonique par semaine. La femme de 36 ans s’est sentie menacée et a hurlé.