Irene Montero, ministre espagnole: «La lutte féministe est le socle des batailles pour la démocratie»

Par

La ministre de l’égalité du gouvernement espagnol, numéro deux de Unidas Podemos, détaille son projet de loi et assure que le féminisme est devenu « le mouvement de transformation le plus puissant qui existe » dans le monde.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Madrid (Espagne).– Trois ans après un procès retentissant, l’Espagne est en train de tirer les leçons de l’affaire de « la Manada » (« la Meute »), du nom que s’étaient donné cinq Sévillans, depuis reconnus coupables d’avoir violé une femme âgée de 18 ans, lors des fêtes de la San Fermin, à Pampelune, en Navarre, à l’été 2016. Deux tribunaux avaient d’abord considéré qu’il y avait eu simplement « abus sexuel », déclenchant d’intenses mobilisations féministes dans tout le pays. Le Tribunal suprême, en 2019, a fini par reconnaître qu’il y avait bien eu « viol » – une bataille juridique qui n’est pas sans échos dans les débats français actuels sur la qualification exacte des agressions sexuelles.