La fin sans fin du nucléaire belge

Les sept réacteurs nucléaires belges vont-ils bien fermer en 2025 ? Le gouvernement fédéral devait décider, mais il ne l’a pas fait. Dix-huit ans après l’adoption de la loi sur la sortie du nucléaire, le pays tergiverse mais se rapproche d’une sortie de l’atome... en s’appuyant sur du gaz fossile.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Bruxelles (Belgique).– C’est la fin du nucléaire belge. Enfin peut-être. Le compromis à la belge n’est pas toujours paré de la plus grande clarté. « Le choix a été fait de renforcer le plan A », a déclaré, mercredi 23 décembre, Alexander De Croo (VLD, libéral flamand), Premier ministre du gouvernement belge, lors d’une conférence de presse. Le plan A : l’arrêt des sept réacteurs nucléaires du pays, réunis dans deux centrales, à Tihange et Doel, à l’horizon 2025.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal