Une faute a-t-elle été commise lors de l’essai clinique mené à Rennes sur une molécule du laboratoire portugais Bial, en administrant une série de doses répétées simultanément à six volontaires, à partir du 7 janvier ? Ce groupe était formé de six hommes âgés de 28 à 49 ans, qui étaient les premiers à recevoir des doses multiples ; 84 patients avaient été précédemment exposés à des doses uniques, sans qu’un problème apparaisse. Dans le groupe de six patients exposés à des doses multiples, l’un est mort le 17 janvier, tandis que cinq autres ont dû être hospitalisés, dont quatre ont eu des symptômes graves.