Les manifestations au Venezuela, premier test pour Maduro

Par

Nicolas Maduro est confronté à des manifestations dénonçant les difficultés économiques du pays et la criminalité. Une mobilisation qui a conduit le gouvernement à réagir violemment, soulignant la faiblesse de Maduro, qui ne possède ni le charisme ni le talent politique de Hugo Chavez.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après plus de deux semaines de manifestations et une douzaine de morts dans les rangs des contestataires, les protestations se sont poursuivies en ce début de semaine au Venezuela. Si plusieurs médias sud et nord-américains y ont vu des similarités avec ce qui se déroule en Ukraine, voire en Thaïlande, la comparaison semble plutôt hasardeuse. Tout d’abord parce que le Venezuela est familier des grands (et parfois violents) mouvements populaires. Ensuite parce que le pouvoir du président Nicolas Maduro, le successeur et héritier désigné d’Hugo Chavez, semble solidement assis grâce à un mélange de soutien populaire et de main de fer autoritaire. Mais il n’empêche : selon la plupart des analystes qui observent ce qui se passe ces jours-ci à Caracas et dans les régions de l’ouest, ces manifestations sont bien le symptôme des difficultés de Maduro à s’imposer dix mois après son élection, et de la crise que traverse le « chavisme » en raison de ses choix économiques.