« C’est le jour le plus dur de notre vie, devant la catastrophe de Tchernobyl » 

Le philosophe ukrainien Constantin Sigov observe la détermination de la société civile à résister à l’invasion russe. Mais face à Poutine, il alerte sur un risque d’embrasement global. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

« C’est le jour le plus dur de notre vie », affirme Constantin Sigov, professeur à l’université nationale Kiev-Mohyla, joint par téléphone le 24 février après le début de l’invasion russe. En 2014, le philosophe ukrainien (qui a enseigné à l’EHESS, l’École des hautes études en sciences sociales, à Paris entre 1991 et 1995),  avait activement soutenu la révolution du Maïdan. Il alerte depuis régulièrement sur l’expansionnisme russe.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal