Damas sous tension, Ajdabiya en ligne de front

Par
Un avion français a détruit une batterie d'artillerie de l'armée libyenne dans la nuit de jeudi à vendredi près d'Ajdabiya, tandis que l'Alliance atlantique prend le relais de la coalition. Des milliers de manifestants continuent de défiler à Deraa en Syrie, où l'International crisis groupe craint une escalade de la répression. Le président du Yémen se dit prêt à transférer le pouvoir à quelqu'un de «sûr».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

SYRIE En dépit des mesures annoncées la veille pour répondre aux revendications des manifestants, le mouvement contestataire s'est poursuivi aujourd'hui dans plusieurs villes. Les forces de sécurité ont ouvert le feu, notamment à Sanameïn, à mi-chemin entre Damas et Deraa, où au moins 20 personnes auraient été tuées, mais aussi à Deraa où des milliers de personnes s'étaient rassemblées réclamant la «liberté» et des «réformes». Dans la capitale, des milliers d'opposants et de partisans de régimes se sont affrontés, alors que selon des témoins cités par Reuters, trois personnes auraient été abattues par les forces de l'ordre syriennes. Alors que Reporters sans frontières condamne la censure par les autorités syriennes des médias nationaux et étrangers à Deraa, le ministre syrien de l'information, Mohsen Bilal, assure que la situation dans le pays est «totalement calme». De son côté, l'International crisis group a lancé une alerte craignant une escalade de la répression menant à une fin sanglante.