En Biélorussie, l’opposition n’est pas sur la même longueur d’onde

Par Volodymyr Ishchenko (Jacobin)

Les grèves menées contre Alexandre Loukachenko montrent qu’il ne s’agit pas seulement d’une « révolution de hipsters ». Alors que des citoyens se joignent au mouvement pour différentes raisons, il existe cependant des forces néolibérales bien placées pour exercer leur contrôle, estime Volodymyr Ishchenko, sociologue basé en Ukraine. Un article de notre partenaire Jacobin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nous ne saurons probablement jamais comment les Biélorusses ont voté le 9 août. Personne ne doute que les résultats des élections ont été falsifiés, mais il n’a pas été prouvé non plus qu’Alexandre Loukachenko les avait effectivement perdues. Les tentatives d’extrapolation des votes sur la base d’échantillons non aléatoires dans les circonscriptions ont donné des estimations comprises entre environ 30 % et 60 % en faveur de Svetlana Tsikhanovskaïa. Donc, les résultats disponibles, y compris officiels, ne nous permettent pas de déterminer qui a gagné.