Une Amérique dévaluée et dangereuse

Par

Donald Trump s’apprête à célébrer le premier anniversaire de son élection à la tête des États-Unis le 8 novembre 2016. La catastrophe est bien là, avec un pays fracturé comme jamais, une présidence hystérique qui tétanise jusque dans le camp des républicains. Et le monde qui s’inquiète de choix erratiques, renforçant les déséquilibres internationaux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Donald Trump s'apprête à fêter le premier anniversaire de son élection comme 45e président des États-Unis dans le bruit et la fureur de Washington. Pour prendre la mesure des dégâts causés aux États-Unis en seulement douze mois de présidence Trump, on peut aussi regarder vers d'autres pays. La Chine, par exemple. Le XIXe congrès du Parti communiste vient de s'achever et Xi Jinping, président et secrétaire général, en sort renforcé, presque doté des pleins pouvoirs : pas un propos discordant, pas l'once de divergences exprimées, un appareil remodelé à sa main. Le président chinois, qui peut même envisager sereinement un troisième mandat qui l'installerait au pouvoir jusqu'en 2027, est bien en passe de devenir le dirigeant le plus puissant du monde.