Portugal: grève générale avant la restructuration des transports publics

Par

Un an après celle du 24 novembre 2010, le Portugal a connu une journée de grève générale, à quelques jours du vote d'un budget d'austérité, alors qu'une seconde agence de notation dégrade sa dette souveraine en obligations «pourries».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La grève générale convoquée le 24 novembre par les deux centrales syndicales portugaises, la CGTP et l'UGT, a confirmé la division du pays, déjà manifeste lors du précédent mouvement social d'ampleur nationale, en novembre 2010, quand les socialistes de José Socrates étaient encore au pouvoir. Le mouvement s'est concentré dans le secteur public et il prépare le bras de fer en vue sur la restructuration des entreprises de transport, massivement déficitaires, responsables d'une part substantielle de l'endettement de l'Etat et cibles prioritaires dans le mémorandum signé au printemps dernier entre le Portugal et la «troïka» (UE, FMI, BCE).