Le fragile espoir des monts Nouba, région martyre du Soudan

Par

Tout au sud du pays, la région a subi de plein fouet guerres et rébellions. On y manque de tout, sauf d’eau et de cultures, et ses habitants nourrissent le rêve d’une paix durable.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Kadogli, monts Nouba (Soudan).– C’est une région grande comme l’Autriche, une Autriche qui ne serait reliée au reste de l’Europe que par une seule et unique route asphaltée et qui serait en guerre depuis quatre décennies. Voici les monts Nouba, dans la partie la plus au sud du Soudan. Les officiels et les étrangers, politiques, humanitaires, diplomates s’y rendent rarement, et plus volontiers en avion et en hélicoptère que par voie terrestre. L’homme ou la femme ordinaire emprunte des moyens de locomotion plus classiques : dromadaire, moto de petite cylindrée, camion Bedford des premiers temps de l’automobile, 4x4 plus ou moins antique. Les pistes sont fermées à la circulation par l’armée entre 16 heures et 6 heures du matin. C’est la nuit que règnent les coupeurs de route.