Le Zimbabwe se prépare à un scrutin historique, sans Mugabe

Par

Les Zimbabwéens votent, lundi 30 juillet, pour élire leur nouveau président. Le scrutin, qui s'annonce serré, est d'ores et déjà historique : ce sera le premier sans Robert Mugabe, renversé en novembre 2017. Mais la campagne a été émaillée d'intimidations et de pressions de la part du pouvoir, et le système hérité de Mugabe est loin de s'être défait.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vingt-trois candidats, une opposition qui a pu faire campagne dans le calme et des observateurs internationaux invités à suivre le scrutin : sans même en connaître l'issue, la campagne électorale qui s'achèvera lundi 30 juillet au Zimbabwe (avec un possible second tour le 8 septembre) marquera l'histoire de ce pays d'Afrique australe. Certes, des incidents et intimidations de la part du pouvoir ont été rapportés, et l'opposition craint des irrégularités lors du vote. Mais rien qui se rapproche du cortège de violences et de fraudes des années Mugabe.