Services secrets de l'EI: la cinquième colonne du djihad

Par

Faux attentats pour masquer les vrais, tentatives d'infiltrations de la fonction publique, les vétérans du djihad qui planifient les attaques en Europe intoxiquent les services de renseignement occidentaux. Aveuglés, ces derniers éprouvent les pires difficultés à estimer la réalité de l'effectif terroriste qui nous menace. Dernier volet de notre enquête sur les « Espions de la terreur ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le cadavre est celui d'un terroriste de sexe masculin âgé de 28 ans. « À la peau très mate », aux « cheveux châtain foncé », aux « moustache et barbe brunes coupées courts ». À l’intérieur de la salle d’autopsie de l’institut médico-légal (IML) dans le XIIe arrondissement de Paris, un gendarme, deux médecins légistes, un technicien de la police scientifique et une photographe de l'Identité judiciaire encerclent le corps qui repose sur un chariot. Il est 8 h 40 ce vendredi 20 novembre 2015 et le docteur Antoine T. commence « les opérations d'autopsie requises ».