Après le #MeToo égyptien, les victimes se retrouvent sur le banc des accusés

Par

Alors que la révolte contre les violences sexuelles s’amplifie sur les réseaux sociaux égyptiens, le retour de bâton est venu de la justice. Au nom d’un « ordre moral » conservateur, des victimes et témoins sont poursuivis, en même temps que les agresseurs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le Caire (Égypte).– L’espace d’un été, l’insolent sentiment d’impunité des agresseurs a vacillé. Pendant deux mois, un torrent inédit de témoignages d’agressions sexuelles a déferlé sur la Toile égyptienne.