Le président turc menace les Kurdes syriens d’une offensive militaire 

À six mois d’une élection présidentielle cruciale, un attentat non revendiqué à Istanbul sert de prétexte au président turc pour lancer une campagne de bombardements dans le nord de la Syrie.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Istanbul (Turquie).– Lourdement maquillée, coiffée d’un voile noir et en pantalon de treillis, Alham Albashir arpente ce dimanche 13 novembre les rues du quartier de Taksim, sur la rive européenne d’Istanbul. Personne ne la remarque dans cette foule dense où l’on retrouve souvent des réfugiés syriens (un million d’entre eux sont installés à Istanbul) ou des touristes du Golfe.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal