Entre les services secrets français et russes, la guerre froide est de retour

Par et Jacques Massey

Avec des moyens et des méthodes qui n’ont rien à envier à l’époque soviétique, des espions russes approchent en France des hommes d’affaires, des diplomates, mais aussi des militaires, tandis que le contre-espionnage hexagonal cherche à les démasquer. Au-delà d’une réelle coopération en matière de lutte antiterroriste, les services de renseignement des deux pays s’adonnent à une lutte souterraine, avec le territoire français pour terrain de jeu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce ne sont pas les environs de Checkpoint Charlie, ce n'est pas la nuit glaciale berlinoise, et pourtant il y a là comme un relent de guerre froide. Le 20 décembre dernier, un équipage de la brigade anticriminalité (BAC) patrouille dans les rues de Paris lorsqu’il croit surprendre un trafic de drogue. Deux hommes s’échangent une enveloppe, les policiers procèdent à leur contrôle.