Planter des arbres: la fausse bonne idée de Total pour compenser ses émissions de CO2

Par Floriane Louison

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans les pépinières de la République du Congo, de petits acacias poussent, promis à un destin grandiose. Ils doivent transformer en forêt les plateaux sableux Batéké, proches de la frontière avec le Gabon, pour sauver la planète et développer la région. C’est l’un des nouveaux projets « verts » de la future « major de l’énergie responsable », Total. Depuis un an, le pétrolier, devenu « énergéticien », le jure sur tous les fronts : la mutation est en marche et la multinationale vise la « neutralité carbone » en 2050. Cela ne l’empêche pas de prévoir d’augmenter sa production d’énergies fossiles de 15 % d’ici à 2030. À ce rythme, Total va faire exploser le thermomètre de la planète. Pour limiter la hausse des températures en dessous de 1,5 °C, les scénarios climatiques de référence* s’accordent sur la nécessité de réduire immédiatement la production d’hydrocarbures. Mais Total propose une autre histoire.