La Centrafrique en route vers la partition

Par

La plupart des observateurs le constatent : les populations musulmanes ont été chassées par les anti-balakas de l'ouest et du sud du pays. Beaucoup ont trouvé refuge dans les zones contrôlées par l'ancienne rébellion de la Séléka, qui se réorganise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a encore quelques mois, le mot tabou en Centrafrique était celui de « nettoyage ethnique ». Aujourd’hui, c’est celui de « partition ». Comme à chaque fois, ces mots que l’on hésite à employer en raison de leur charge symbolique décrivent une réalité qui est déjà bien installée une fois que l’on se résout à les utiliser. Autrement dit, la Centrafrique est aujourd’hui un pays coupé en deux selon une ligne de fracture ethno-religieuse. Les musulmans ont été chassés de la plupart des villes et des villages où ils habitaient depuis des générations, pour se réfugier soit à l’étranger, soit dans le nord et l’est du pays.