A la tête du gouvernement turc, un comptable a remplacé un idéologue

Par

Avec sa vision d’une Turquie conquérante, Ahmet Davutoğlu avait subjugué le président Recep Tayyip Erdoğan. Son ambition lui a été fatale. Résolu à diriger seul le pays, le chef de l’État lui a préféré au poste de premier ministre un homme de l’ombre, Binali Yıldırım.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul, Ankara (Turquie), correspondance.- C'est peut-être un effet du changement de premier ministre opéré fin mai par le président turc Recep Tayyip Erdoğan – Binali Yıldırım succédant à Ahmet Davutoğlu. Lundi 27 juin, la Turquie et Israël ont annoncé une normalisation de leurs relations et la signature le lendemain d'un accord en ce sens, après six années de tensions provoquées par l'incident de la flottille de la paix à destination de la bande de Gaza en mai 2010.