Au Kazakhstan, l’inévitable montée du sentiment anti-chinois

Par

2019 fut l’année du retour des manifestations anti-Pékin, sur fond d’emprise économique grandissante et de répression chinoise dans le Xinjiang voisin. Entre réalité et fantasmes, il permet aussi la critique du pouvoir local.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Janaozen et Noursoultan (Kazakhstan), de notre envoyé spécial.– À peine arrive-t-on dans son immeuble de Janaozen que Sholpan Otekeïeva nous prévient avec un rictus : « Ils sont probablement dehors en ce moment même, en train d’écouter ce qu’on dit. » Comprendre la police kazakhe, particulièrement sur les dents à quelques jours de la fête de l’indépendance vis-à-vis de l’URSS (le 16 décembre 1991), célébrée par deux jours fériés.