La rédaction de «Libération» lance un ultimatum à son actionnaire

Par

Après la participation de la direction du journal à un forum poisseux au Gabon, la Société des journalistes avait exigé des mesures pour interdire de telles dérives. SFR Presse avait pris des engagements mais ne veut plus aujourd’hui les respecter. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans la presse contrôlée par les milliardaires, la vie n’est décidément pas un long fleuve tranquille pour les journalistes qui cherchent à faire honnêtement et dignement leur travail. Rachetée au cours de l’été 2015 par Patrick Drahi, le propriétaire et PDG d’Altice, qui contrôle aussi le groupe L’Express, BFM TV, BFM Business ou encore RMC, les journalistes de Libération ne cessent d’en faire l’expérience. À preuve, une nouvelle crise vient encore de se déclarer entre les personnels du journal et son actionnaire.