Accusé de faux, Ali Bongo obtient le soutien inébranlable de l’Elysée

Par

Dans une lettre officielle obtenue par Mediapart, la présidence de la République a pris fait et cause pour le président du Gabon dans l’affaire de son état civil, objet de vives tensions à Libreville à l’approche de l’élection présidentielle du 27 août 2016.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un courrier qui engage la France dans un dossier africain très sensible sous tous les angles : politique, diplomatique et judiciaire. Dans une lettre officielle obtenue par Mediapart, la présidence de la République française a pris fait et cause pour le président du Gabon, Ali Bongo, dans l’affaire de son état civil, objet de vives tensions à Libreville à l’approche de l’élection présidentielle du 27 août prochain.