La longue quête des enfants volés en Espagne

Par

Des centaines de plaintes ont été déposées en Espagne pour des cas d’enfants volés entre les années 1950 et 1990. Un scénario qui, entre morale répressive et histoires d’argent, a détruit la vie de beaucoup de mères. Une chronique de la romancière Inma Chacón pour tintaLibre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jusqu’en 1996, les lois espagnoles ont garanti le droit à l’anonymat des mères qui laissaient leur enfant à l’adoption, contre les droits des enfants à connaître leur origine. De plus, la crainte des parents adoptifs que leurs enfants ne les aiment plus ou qu’ils ressentent leur adoption comme un abandon a favorisé le maintien dans cette ignorance. Un tabou s’est créé autour de l’adoption qui, souvent, a engendré un sentiment de honte pour les enfants adoptés. Combien de personnes nées pendant le baby boom des années 1950 et 60 n’ont-elles pas entendu, quand elles étaient enfant, l’expression « toi, on t’a trouvé sous un pont » ? Combien ont été déstabilisées par cette blague récurrente ? Combien ont connu des enfants adoptés, dont on ne parlait jamais de l’origine à la maison ?