«La peur» a poussé les Polonaises dans la rue

Par

L’offensive du gouvernement polonais pour interdire complètement le droit à l’avortement a été contrée par une mobilisation massive dans la rue. Mais le mouvement des femmes est encore balbutiant. Entretien avec l’une des figures du féminisme en Pologne, Agnieszka Graff.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyée spéciale à Varsovie (Pologne).- Agnieszka Graff est l’une des figures intellectuelles du féminisme en Pologne. Professeure au département d’études américaines de l’Université de Varsovie, auteure de plusieurs ouvrages (Un monde sans femmes. Le sexe dans la vie publique polonaise ou encore Mère féministe, non traduits en français), elle a cofondé au début des années 2000 l’organisation « Coalition des femmes du 8 mars », à l’origine de la « Manifa » – un rassemblement annuel pour la défense des droits des femmes. Dans un entretien à Mediapart, elle livre son analyse des mouvements de protestation actuels, dans le contexte de droitisation extrême du gouvernement polonais.