L’islamophobie, l’argument commode d’Erdogan pour faire monter la tension avec Paris

Par

Acculé par une économie vacillante et une forte érosion de son électorat, le président turc rejoue la carte de la crise diplomatique avec la France pour faire taire les critiques internes et semer la division au sein de l’opposition.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Istanbul (Turquie). – Le combat millénaire de l’Occident contre l’Islam ; la Turquie comme ultime rempart assiégé de la communauté des croyants, d’où partira le signal du réveil ; le président turc Recep Tayyip Erdogan en guide indispensable de l’Umma sur la voie de la délivrance… Depuis plusieurs jours, la presse progouvernementale turque abreuve son lectorat de narrations héroïques et un tantinet paranoïaques aboutissant toutes à la conclusion que le maintien au pouvoir du leader islamo-conservateur sera la condition sine qua non de la survie de l’État turc et d’un renouveau du monde musulman.