La Turquie d’Erdogan, autoritaire et en position de force à Bruxelles

Officiellement, il ne sera question que d'une chose, lors du sommet UE-Turquie à Bruxelles dimanche : transformer ce pays voisin de l'UE en un État tampon pour bloquer le passage de migrants vers l'Union. Mais le contexte particulièrement tendu complique la rencontre.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

De notre envoyé spécial à Bruxelles. Avant les attentats de Paris et Saint-Denis, le sommet s’annonçait déjà très compliqué. Depuis le 13 novembre, le déplacement du premier ministre turc à Bruxelles, ce dimanche après-midi, se déroule dans un contexte encore plus crispé. La « guerre contre le terrorisme » voulue par François Hollande, mais aussi les risques d’une escalade régionale après la destruction d’un avion de chasse russe mardi par les forces turques, ou encore l’arrestation jeudi de deux journalistes de premier plan à Istanbul, rendent l’issue de la réunion UE-Turquie, consacrée, à l’origine, aux enjeux migratoires, très incertaine.
« Les discussions seront sans doute très musclées, mais rien ne transparaîtra en public, ou dans les conclusions », pronostique un fonctionnaire européen, qui suit de près le dossier. « Il y a une volonté de tous les participants de circonscrire les choses. Le dossier terroriste sera abordé parce qu’il est abordé dans toutes les réunions internationales du moment, mais ce n’est pas l’objectif de la réunion », relativise-t-on côté français. Si l’on s’en tient à l’agenda officiel, les discussions des 28 avec le premier ministre Ahmet Davutoğlu, figure de l’AKP, le parti présidentiel, ne doivent pas dépasser les deux heures et demie. D’autant que l’ouverture simultanée de la COP21, à Paris, devrait inciter les participants à la concision.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Politique économique — Analyse
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Amériques — Note de veille
par La rédaction de Mediapart et Agence France-Presse
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond — Enquête
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête préliminaire pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique — Chronique
Affaire Perdriau : et à la fin, c’est la liberté d’informer qui l’emporte
Le tribunal judiciaire de Paris a décidé de mettre fin, mercredi 30 novembre, à douze jours d’une censure inédite visant Mediapart. La justice estime que l’avocat du maire de Saint-Etienne lui avait caché des informations essentielles. Mediapart publie l’intégralité de la décision.
par Fabrice Arfi
À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique — Enquête
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond — Entretien
Sexisme : la streameuse Ultia porte plainte pour cyberharcèlement
La joueuse en ligne est régulièrement victime de campagnes de harcèlement sur les réseaux sociaux et les plateformes de diffusion, depuis qu’elle a dénoncé les propos sexistes d’un streamer. Elle en témoigne dans un entretien vidéo.
par Lénaïg Bredoux et Youmni Kezzouf