Le glyphosate, révélateur d’un gouvernement allemand en roue libre

Par

Le soutien inattendu de Berlin, lundi à Bruxelles, à la ré-autorisation du glyphosate pour cinq ans en Europe, complique un peu plus l’équation politique en Allemagne, sur fond de désaccord entre la droite de la CDU et les sociaux-démocrates du SPD. L'épisode révèle également le désordre politique qui règne actuellement à Berlin.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin (Allemagne), de notre correspondant.– La réprimande suffira-t-elle à calmer la colère soulevée à Berlin par le geste du ministre allemand de l’agriculture, le conservateur bavarois Christian Schmidt ? Pourra-t-elle « rétablir la confiance » entre les partis, en pleine crise politique outre-Rhin ? La chancelière s’est en tout cas contentée d’un simple rappel à l’ordre du ministre, pourtant responsable d’un très gros « dérapage » sur la commercialisation du glyphosate. Ce produit, accusé d’être cancérogène, est le composant actif du désherbant Roundup, fabriqué par la société américaine Monsanto, qui elle-même est en train de fusionner avec… le géant allemand de la chimie Bayer.