OGM: questions sur le «méga deal» entre Bayer et Monsanto

Par

Le mariage annoncé de deux entreprises parmi les plus détestées au monde se négocie sous une pluie de dollars. Mais derrière les analyses financières se cachent batailles de pouvoir et enjeux environnementaux inattendus.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Promesse de « méga deal », cascade de dollars, mariage annoncé de deux entreprises parmi les plus détestées au monde : tous les ingrédients sont réunis pour que la tentative d’achat du géant Monsanto par le groupe Bayer occupe une place de choix dans l’actualité financière des prochains mois. Les enjeux économiques sont considérables pour le secteur de l’agrochimie. Mais derrière les analyses comptables, se profilent des jeux de pouvoir inattendus au sein de l’espace européen. Mardi 24 mai, Monsanto a rejeté l'offre de rachat de 62 milliards de dollars (55,63 milliards d'euros) de Bayer, jugée insuffisante, selon Reuters. Mais pour la première fois depuis l'annonce faite par le groupe allemand, le leader mondial des semences s'est dit ouvert à des négociations.