La défense du «parrain des parrains» mise en pièces par les juges

Par et

Trois jours d'audition, 57 pages de procès-verbal : Mediapart révèle le contenu du face-à-face entre le “parrain des parrains”, Michel Tomi, et les juges anticorruption qui le poursuivent. Face aux magistrats, la défense de Tomi, mis en examen dans une tentaculaire affaire internationale qui met en cause plusieurs chefs d'État africains, s'est effondrée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Michel Tomi a un sens très personnel de la famille. Ou alors beaucoup d’humour. Ibrahim Boubacar Keita, l’actuel président du Mali ? C’est un « frère ». Ali Bongo, président en exercice du Gabon ? Un « fils ». Voilà comment le “parrain des parrains”, mis en examen depuis dix-huit mois dans l’une des plus importantes affaires de corruption internationale, actuellement instruite à Paris, a tenté de parer à la mitraille de questions des juges Serge Tournaire et Hervé Robert, selon des procès-verbaux dont Mediapart a pris connaissance.