Le virus Zika, cause probable de malformations du cerveau

Par

Après avoir réagi avec lenteur à l'épidémie de virus Zika, qui menace de devenir une pandémie, l'OMS va lancer une alerte mondiale contre cet agent pathogène suspecté de provoquer des cas de microcéphalies, malformations congénitales du cerveau. Le virus se répand en Amérique centrale et du Sud, ainsi que dans les Antilles.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’inquiétude grandit à propos de l’épidémie de virus Zika, qui touche désormais 23 pays d’Amérique du Sud et centrale ainsi que des Antilles. Sa propagation, qualifiée d’« explosive » par les spécialistes, pourrait entraîner une pandémie, s’étendant en Amérique du Nord et touchant aussi l’Afrique, l’Asie du Sud-Est, les îles du Pacifique. Le moustique Aedes qui transmet le virus est présent partout dans le monde, d’où un risque de diffusion planétaire. Si l’infection par le virus Zika est d’ordinaire sans gravité et passe souvent inaperçue, elle est parfois associée à un syndrome de Guillain-Barré, maladie inflammatoire du système nerveux ; mais les craintes viennent surtout de ce que le virus entraîne probablement des cas de microcéphalie chez les bébés nés de femmes infectées pendant la grossesse.