Au Liban, le système hospitalier à l’épreuve d’une nouvelle vague de Covid-19

Par et

Face à la hausse exponentielle des contaminations, le système de santé libanais s’efforce d’augmenter au plus vite ses capacités. Les difficultés structurelles du secteur et l’absence de réelle stratégie collective jouent cependant en sa défaveur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Beyrouth (Liban). – Au centre médical privé Rizk Hospital, au cœur de la capitale libanaise, le personnel est à bout. « Les gens que nous accueillons arrivent à peine à respirer et nous devons parfois commencer les soins sur le parking faute de places », témoigne Christelle Azar, infirmière en chef des urgences, pointant du doigt une petite tente de fortune qui ce jour-là n'abrite pas de malades. Mais « l'hôpital est saturé » et elle craint « qu’on ne se dirige droit vers un scénario à l’italienne »