Le rapport Stora vu par deux historiens algériens: «La vérité n’est pas là où il y a l’Etat»

Par

Le rapport de l’historien français Benjamin Stora suscite diverses critiques en France et en Algérie. Deux historiens algériens, Afaf Zekkour et Noureddine Amara, livrent leur point de vue. Ils lui reprochent un « doux révisionnisme », et de vouloir « (re)faire nation avant de faire histoire ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Benjamin Stora a pris la plume pour défendre lundi 25 janvier dans les colonnes du journal algérien Le Quotidien d’Oran son rapport sur la colonisation et la guerre d’Algérie ainsi que ses recommandations pour « réconcilier » les mémoires de part et d’autre de la Méditerranée.