Europe

En Hongrie, Viktor Orbán met le Parlement sous cloche

Le dirigeant nationaliste hongrois va s’arroger le droit de gouverner par décrets. Le Parlement doit adopter une loi prolongeant sans limite de temps « l’état de danger » décrété le 11 mars pour 15 jours. L’opposition dénonce un « putsch ».

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Budapest (Hongrie), de notre correspondant.– En jean et en veste de sport sur le tarmac de l’aéroport Ferenc Liszt de Budapest, le premier ministre hongrois Viktor Orbán accueillait mardi 24 mars un avion-cargo affrété par la République populaire de Chine, avec à son bord 70 tonnes de matériel médical. Accompagné de l’ambassadeur de Chine en Hongrie, multipliant les checks du coude avec l’équipage, il était visiblement ravi de l’arrivée de ces masques de protection faciale et de ces respirateurs artificiels siglés d’autocollants « Vive la Hongrie ! », en hongrois et en chinois. La Chine, d’où est partie l’épidémie, représente aujourd’hui une planche de salut pour nombre de pays européens et en particulier pour le sien.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Extrême droite — Enquête
par Karl Laske et Jacques Massey
Politique économique — Analyse
par Romaric Godin
Énergies — Parti pris
par Martine Orange
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Médias — Parti pris
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Médias — Parti pris
Médias : la commission d’enquête ménage aussi Bernard Arnault
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Société — Enquête
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Littérature — Entretien
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l’écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman

Nos émissions

À l'air libre
par Mathieu Magnaudeix et Berenice Gabriel
Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik