«Spygate»: comment Donald Trump invente des complots

À la Maison-Blanche, Donald Trump invente désormais ses propres récits conspirationnistes. Les médias conservateurs relaient avec complaisance sa théorie du « Spygate » : l’existence d’un supposé « État profond criminel » destiné à lui nuire. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Quand il n’était pas encore un politicien, Donald Trump était un des plus ardents promoteurs de la thèse, fausse, selon laquelle Barack Obama ne serait pas né aux États-Unis. Pendant la campagne présidentielle, il a relayé toutes sortes de théories du complot. À la Maison-Blanche, le propagandiste en chef invente désormais ses propres récits conspirationnistes pour contrer les nombreuses enquêtes criminelles visant sa campagne présidentielle, ses proches ou lui-même. En particulier la très menaçante investigation du procureur Robert Mueller sur son éventuelle « collusion » avec la Russie et des soupçons d’« obstruction » à la justice. Les médias conservateurs relaient avec complaisance sa théorie du « Spygate » : l’existence d’un supposé « État profond criminel » destiné à lui nuire. Au mépris des faits les plus élémentaires.