Au Parlement européen, des gauches déconfites et traversées de contradictions

Les tenants de la social-démocratie comme de la gauche radicale ont nettement reculé au parlement européen. Au-delà de ces pertes chiffrées, aucune voie stratégique ne s’impose avec évidence, tandis que les Verts gagnent en puissance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le nouveau camembert issu des urnes de ce dimanche, elle représente le plus petit morceau : avec 39 élus, la gauche de la gauche de l’hémicycle européen est partie pour constituer le groupe parlementaire le plus faible de l’assemblée – une fois mis de côté les futurs non-inscrits et eurodéputés indépendants.