Les autorités algériennes accusées d’intensifier «la chasse aux Noirs»

Par

L’Algérie est une nouvelle fois accusée par des ONG et des activistes de maltraiter les migrants subsahariens en les expulsant et en les abandonnant dans des conditions inhumaines en plein désert vers le Niger ou le Mali.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une réalité bien connue, mais si peu médiatisée et documentée à l’international qu’on finit par l’oublier. L’enquête de l’agence de presse américaine Associated Press (AP), parue lundi 25 juin, Walk or die, marche ou crève, jette une lumière crue sur le traitement que réserve le pouvoir algérien aux migrants subsahariens en les expulsant et en les abandonnant au sud du pays en plein désert dans des conditions inhumaines sans eau ni vivres.